Aller au contenu principal

Rue Saint-Denis, Fête du 30 juin 1878

Claude Monet

(1840 - 1926) | Inv. 909.1.34

Date : 1878 | Technique : Huile sur toile

Le pretexte du tableau est la première fête nationale autorisée depuis la défaite de 1871, pour célébrer le succès triomphal remporté par l'Exposition universelle présentée à Paris en 1878. Monet a peint deux fois cette journée mémorable à travers des scènes de rue parisiennes : Rue de Montorgueil (musée d'Orsay, Paris) et Rue Saint-Denis. Sur notre tableau, la prise de vue en plongée creuse profondément la rue comme un fleuve qui coulerait entre les hautes falaises des maisons. Le peintre a multiplié les touches "en virgules" qui traduisent le va-et-vient de l'agitation. Plus remarquable encore, est qu'il a rendu la vibration de l'air et l'éléctricité de la scène par le papillotement des dizaines de drapeaux tricolores qui pavoisent les façades ensoleillées et finissent par envahir presque complètement la surface de la toile : l'ovation triomphant de la rumeur.

A une inscription Vive la République, qu'on déchiffre sur le blanc d'un drapeau, à droite, et qui correspond au sentiment de Monet (deux ans avant l'institution de la fête nationale du 14 juillet), répond en écho formidablement amplifié le Vive la France peint en grosses lettres capitales bleues qui fait corps avec la frondaison des drapeaux claquant dans le vent. Ces mots ainsi jetés dans la peinture sont, à cette date, d'une audace unique.

Salué comme un chef-d'oeuvre dès la 4e Exposition impressionniste où il figura en 1879 (n°154), ce tableau appartint jusqu'à sa mort au compositeur Emmanuel Charbier avant d'entrer dans la collection de François Depeaux.